ST CHARLES
LYCEE POLYVALENT
MARSEILLE
 

Vengo une Tragédie - Toni Gatlif ( 2000 )

jeudi 17 juin 2010, par D. Le Boulch

Vengo une Tragédie - Toni Gatlif ( 2000 )

Le film « Vengo » sorti en 2000, raconte l’histoire tragique de Caco qui ne s’est jamais remis de la mort de sa fille Pepa. Il reporte son affection sur son neveu Diego, handicapé. Sa vie tourne au cauchemar quand les Caravaca, famille rivale, accuse Mario, frère de Caco, d’avoir tué l’un des leurs. Ce dernier étant en fuite, les Caravaca menacent de prendre la vie de Diego comme dette de sang. Caco perd son sang froid… Nous allons voir tout d’abord la tragédie du film du point de vue de l’espace, ensuite de celui du temps, puis des images et enfin les thèmes qui y sont développés.

Il revient régulièrement au cours du film la présence de la route qui semble ne pas avoir de limite. J’ai assimilé ces images à la représentation de la vie, car à la fin, quand Caco meurt, on peut voir la route seulement éclairée sur quelques mètres, ce qui pour moi correspond à son temps de vie. Les paysages que l’on observe nous font ressentir un sentiment de solitude. On à l’impression d’être au milieu de nulle part, car rien ne nous permet de situer réellement l’endroit.

Nous voyons au cours du film de nombreuses séances de musiques et de chants ce qui donne un rythme cadencé à l’ensemble. Ce serait de joyeux passages du film si nous n’étions pas témoins de la souffrance de Caco. La chanson « Naci en alamor » qui clôture le film avec la mort de Caco, à un rythme différent des autres musiques du film. Elle est plus douce et plus apaisée. Cela nous fait comprendre que Caco se libère de ses douleurs.

Il y à un contraste frappant entre la souffrance de Caco et la joie de vivre de Diego. Il nous ai souvent montré le lien très fort, l’amour entre l’oncle et le neveu. On ressent également la solitude de Caco malgré la présence des siens. Nous sommes témoins du comportement destructeur de Caco avec l’alcool. Il essaie d’anesthésier sa douleur en buvant. Pour préserver Diego, Caco ne lui dit à aucun moment son chagrin de père. On peut remarquer toute fois que malgré l’absence de personnage féminin dans la vie de Caco, il y à l’image de la mère qui est représentée par les 3 vieilles femmes qui à aucun moment ne parlent… On observe par leurs comportements qu’elles s’occupent de Caco, elles ramassent les olives, elles repeignent les murs de leur maison quand les Caravaca taguent des messages de vengeance sur leurs murs. Cela me donne une impression de protection et une volonté de préserver leur famille.

Le seul amour féminin dans la vie de Caco est celui de sa fille. On ne voit que très peu de présences féminines autour de lui, hormis la présence de 3 vielles dames et des chanteuses ou danseuses de flamenco. Ce film nous fait ressentir que la présence des femmes dans la vie de Caco est une quantité négligeable. Je constate que la scène d’ouverture du film est énigmatique. On observe un mélange de cultures dans la musique. Musique espagnole mélangée avec un chant et une danse arabe, cela nous donne un sentiment de mixité des cultures réunis autour de la musique. J’ai l’impression que le flamenco est un personnage à part entière dans ce film.

Ce film m’a fait comprendre la douleur insupportable et insurmontable qu’est la perte d’un enfant ainsi que la force d’un amour qui peut lier deux membres d’une même famille. L’image de fin qui nous est montrée est frappante. Tout au long du film, la route est le symbole de la vie, de l’infinité des choses tandis qu’à la fin quand Caco meurt, la route est sombre, on comprend qu’il va rejoindre un monde inconnu, et qu’il va entrer dans la nuit de la mort. Nous sommes spectateurs de la décision de Caco de se sacrifier pour que son neveu ne soit pas la victime de la dette de sang du clan des Caravaca. On comprend qu’il ne pourra pas supporter le départ de Diego après celui de Pepa. C’est aussi une façon de mettre enfin un terme à sa souffrance. La force tragique de ce film nous laisse un sentiment de peine et de pitié pour le personnage de Caco .

MOUT Mégane Seconde 10

 
LYCEE POLYVALENT ST CHARLES – 5 RUE GUY FABRE CS 30505 - 13232 MARSEILLE CEDEX 01 MARSEILLE – Responsable de publication : M. Hervé MASSART
Dernière mise à jour : samedi 28 janvier 2023 – Tous droits réservés © 2008-2023, Académie d'Aix-Marseille