ST CHARLES
LYCEE POLYVALENT
MARSEILLE
 

La musique du film Vengo. Un personnage à part entière.

vendredi 11 juin 2010, par D. Le Boulch




Sujet 3 : La musique du film Vengo. Un personnage à part entière.

 

Pendant la période de domination Islamique en Espagne (711-1492), les gitans, originaires d’Inde, atteignirent l’Espagne et reçurent l’autorisation d’y rester. Après le départ des Islamiques, la tolérance culturelle pratiquée par les Maures n’a pas survécu à leur départ. Ainsi en 1499, les premières lois contres les gitans apparurent, le nomadisme fut déclaré hors-la-loi. Les gitans abandonnèrent les villes et se réfugièrent dans les collines et les grottes. Leur isolement par rapport à la société les isola dans un développement artistique séparé. Le Flamenco fut finalement créé par la fusion du Cante Gitano avec la musique traditionnelle andalouse. C’est vers la fin du 18ème siècle que l’attitude officielle à l’égard des Gitans commença à s’assouplir. Mais les gitans restaient encore très discrets sur leur musique, qui se pratiquait en privé, en cercle fermé, sans que les étrangers ne puissent l’entendre.

Dans Vengo, le flamenco a un rôle important tout comme dans la société gitane. Dès la première scène, la musique est associée à un axe de communication : la rivière, qui nous transporte dans un voyage. Puis nous voyons la mixité de 2 musiques et 2 cultures qui sont celles des arabes et du flamenco, connectées lors d’une fête. Lors des fêtes gitanes, le flamenco tient un rôle clé, il apporte de la joie de vivre aux personnes.

Lors de la scène avec La Caita, on voit qu’elle vit sa musique, elle ne joue pas, ce n’est pas une actrice, elle est au naturel. Durant d’autres scènes la musique dure toute la nuit, le flamenco est enivrant, le flamenco ne se joue pas qu’avec une guitare il se joue aussi avec certaines parties du corps tel que les pieds ou les mains ; où que ce soit, on est toujours flamenco en soi, pas besoin de guitare pour jouer du flamenco.

A la fin, lors de sa mort le bruit des moteurs fait de la musique, la mort est rythmée par cette musique. Il y a la machine humaine qui essaye de résister à la mort tout comme le moteur qui essaye de s’allumer. Il y a une métaphore entre la machine humaine et la machine mécanique.

Puis on retrouve la route en pleine nuit avec comme fond sonore la musique de Pepa. On peut faire l’hypothèse que c’est la route de la mort et la musique de Pepa est une musique funèbre.

 

Boussalem Ahcène 2nd10

 

 
LYCEE POLYVALENT ST CHARLES – 5 RUE GUY FABRE CS 30505 - 13232 MARSEILLE CEDEX 01 MARSEILLE – Responsable de publication : M. Hervé MASSART
Dernière mise à jour : mardi 13 décembre 2022 – Tous droits réservés © 2008-2022, Académie d'Aix-Marseille